la bouche (1ère partie)

image_print
A. B. Biologiste

A. B. Biologiste

Aujourd’hui, la biologiste et nutritionniste,  Adela Barbu (passionnée de médecine naturelle et attachée à soigner le corps dans son entier) nous invite à voyager au cœur de cet univers si méconnu qu’est la bouche, car trop de gens n’ont pas conscience que de graves maladies pourraient être évitées s’ils surveillaient mieux cet univers….

Elle vous livre ici tout son savoir et vous réserve ses astuces secrètes en fin d’article pour que votre bouche soit et demeure votre force.

 

 

 

La bouche : cet univers si méconnu

(1ère partie)

Votre bouche : la connaissez-vous vraiment ?

votre bouche, cette inconnue

votre bouche, cette inconnue

Tout commence dans la bouche, depuis le premier cri du nourrisson jusqu’au dernier souffle de vie.

Vous l’utilisez à longueur de temps sans même y prêter attention : pour parler bien-sûr, bâiller, chanter, discuter, mais aussi pour vous alimenter, boire, exprimer votre surprise, votre colère, vos éclats de rire etc…

Mais à ne plus y prêter attention, vous la négligez  peut-être….

Que savez-vous de cet univers buccal ?

Que savez-vous exactement de son « armée de protection » ?

Êtes-vous absolument certains de son bon état de santé ?

Entrez dans son univers et découvrez un monde tout entier qui a de grandes conséquences sur l’ensemble de votre corps !

 

Votre bouche est un microcosme incroyable 

Depuis la perte de nos dents de lait (et le passage tant attendu de la petite souris à chaque dent tombée et à chaque larme versée) nous avons pris conscience de l’importance de nos dents d’adulte : « Brosse bien tes dents, celles-ci tu les garderas toute ta vie !  »

Cependant, notre brosse à dents à elle seule ne suffirait pas à maintenir nos dents en bon état de santé ; en effet, la nature nous a pourvus à cet effet, de deux univers qui se complètent : le microbiote et le parodonte.

le microbiote

le microbiote

Le microbiote : cela paraît inimaginable, mais nous avons dans cette toute petite cavité qu’est notre bouche, et de façon tout à fait naturelle, 100 000 milliards de micro-organismes.

Cela s’appelle le microbiote. C’est-à-dire l’univers des microbes, de tout ce qui est petit.

Cet univers foisonnant (ce microbiote) est là partout pour nous protéger : les muqueuses du palais, les muqueuses gingivales, toutes les muqueuses qui sont en bouche, y compris la langue, les ligaments, la zone sous la langue, tout, absolument tout est couvert de micro-organismes et de bactéries bénéfiques. Elles ont un rôle de protection majeure de la muqueuse buccale. Eh oui, toutes les bactéries ne sont pas nocives, loin de là !

Ce microbiote (univers microscopique protecteur) est en parfaite symbiose avec le parodonte.

Le parodonte : c’est le « ciment « de la mâchoire. Il s’agit de tout ce qui tient en place les dents.

Essentiellement  la gencive,  l’os et les ligaments.

Microbiote et parodonte assurent  une étanchéité parfaite par rapport à la dent même. Ils nous protègent tous les deux de l’envahissement des bactéries pathogènes.

Seulement voilà, même si Dame Nature a bien fait les choses, notre vie nous réserve parfois de mauvaises surprises et brise cet équilibre…

 

La parodontite ou quand ce bel équilibre se brise… :

la parodontite

la parodontite

Vos gencives sont enflammées ?

Vous avez des saignements au niveau des gencives?

Vous ne supportez plus le contact du chaud et du froid sur vos dents ?

Votre langue est plutôt blanchâtre ?

Vous avez remarqué que certaines de vos dents bougent ?

Prenez garde, le déséquilibre s’installe et va poursuivre ses dégâts, si vous ne réagissez pas…

Lorsqu’il y a déséquilibre,  un biofilm s’installe progressivement ; il remplace le microbiote (notre univers protecteur) et le détruit.

Le biofilm : il s’agit d’une couche de bactéries et de déchets plus ou moins fine.

Prenons un exemple simple et parlant : vous avez tous découvert un jour avec horreur l’intérieur d’un tuyau de canalisation. Vous y avez vu quelque chose de verdâtre, du calcaire, des restes etc… Beaucoup de microbes se sont installés là. C’est un biofilm.

Il en est de même pour votre espace buccal : des bactéries spécifiques peuvent s’installer au sein de votre bouche.

Ce sont des bactéries qui savent se nourrir de ce qu’elles trouvent là : détritus de protéines, sucre

Le substrat spécifique de votre bouche entraînera la présence de bactéries spécifiques à ce substrat. Autrement dit, si des résidus de protéines (par exemple) s’y trouvent, des bactéries se nourrissant de protéines s’y installeront. Si du sucre s’y trouve, des bactéries se nourrissant de sucre s’y installeront etc…

Mais il n’y a pas que des bactéries, il y a aussi des virus, des champignons, des parasites (comme les amibes).

Il s’agit là de bactéries malveillantes, pathogènes, qui vont amener des maladies.

Autrement dit, tout un petit monde non désiré et dangereux s’installe en cas de déséquilibre !

 

Que va-t-il se passer alors ? 

Quand le biofilm pathogène s’installe, il crée, dans un premier temps, une inflammation locale au tout début, qui par la suite peut entraîner des perturbations dans les étapes suivantes du tube digestif : estomac, intestin, colon.

-les gencives s’enflamment, saignent (et n’allez pas imaginer que tout cela est le signe normal de l’âge, de la vieillesse ! Certes, la gencive est mieux irriguée quand on est jeune et devient moins étanche en vieillissant. Cependant, il est possible de maintenir une bonne irrigation de la gencive par une bonne mastication par exemple. Plus la gencive est irriguée, plus le système  immunitaire est efficace pour défendre les territoires. Vous pouvez donc repousser l’âge de vieillesse de vos dents et de votre espace buccal dès aujourd’hui !)

-vous avez une sensibilité chaud-froid (ce n’est pas non plus le signe de l’âge ! Une personne âgée en bonne santé n’a pas forcément une sensibilité dentaire)

-le système immunitaire s’épuise (votre système immunitaire essaie d’agir contre le biofilm : il y a lutte entre virus et globules blancs. Le virus étant le « premier-venu ». Celui-ci va perturber votre équilibre buccal et le préparer à l’envahissement des bactéries, champignons, parasites ou autre…Il y a lutte entre vos globules blancs -votre puissante et vigilante armée de défense- et le virus. Dans cette lutte au corps à corps beaucoup de globules blancs meurent au combat, le système immunitaire se fatigue en envoyant sans cesse de nouveaux soldats au front)

la plaque dentaire apparaît (les bactéries se logent dans cette plaque dentaire et sont de cette manière proches de la gencive et de la dent. Elles creusent lentement, mais sûrement et créent des caries)

– les caries apparaissent (les bactéries du biofilm se sont approchées dangereusement de la dent et ont fini par creuser celle-ci)

-les dents bougent (parfois la carie ne s’est même pas installée, c’est invisible, et pourtant les dents sont dans un état de souffrance assez important. Le fait qu’une dent bouge est déjà un signal d’alerte)

 

Attention, tout cela est le signe d’un déséquilibre important orchestré par des bactéries nocives qui n’ont pas l’intention d’en rester là !

Savez-vous à quelle vitesse se multiplient les bactéries ?

multiplication bactériennne

multiplication bactérienne

La multiplication bactérienne se fait chaque 20 minutes environ, en fonction de l’espèce.

Autrement dit, au moment où vous avez commencé la lecture de cet article, si vous possédiez un million de bactéries, elles seront au nombre de 2 millions à la fin de votre lecture… Et si vous prenez ensuite le temps de réfléchir à tout ce que vous avez appris, votre population de bactéries aura triplé !

Heureusement qu’elles meurent aussi vite.

Il est donc grand temps de vous poser des questions sur l’état de vos gencives et sur votre hygiène buccale .

Il est grand temps d’épargner à votre système immunitaire une lutte acharnée :

Mâchez-vous plus d’un  côté que de l’autre ?

Lavez-vous moins bien un côté ?

Y a-t-il des endroits que vous ne parvenez pas à atteindre ?

Le brossage des dents se fait-il correctement ?

Et souvenez-vous : le microbiote buccal peut être la cause d’un délabrement des organes digestifs : estomac, intestin, colon.

Il  est aussi « victime » de ce qui se passe plus bas, il est le reflet de la digestion.

 

D’où viennent ces déséquilibres ? 

stress

stress

Votre état de stress, de fatigue (vous êtes épuisé,  un peu stressé, vous mangez mal, vous ne vous nettoyez pas bien la bouche : attention. Nous sommes très sensibles aux virus quand nous sommes stressés et lorsque nous mangeons mal. « Ah oui, elle a fait une virose intestinale, c’est une virose tout simplement ». Tout simplement, pas vraiment, non : c’est le moment où nous sommes dans la faiblesse que  les virus s’installent)

 

 

 

sucre

sucre

le sucre (plus on consomme d’aliments sucrés, plus on crée de l’acidité en bouche. Notre salive est naturellement alcaline.
Si on mange du sucre et si on ne se lave pas, l’alcalinité de notre salive devient  légèrement acide, ou baisse de PH . On mange des bonbons, on ne se lave pas. Le sucre reste en bouche : il est digéré par les bactéries, c’est leur repas. Ce qu’on ne nettoie pas, c’est tout simplement  le repas des bactéries. Expliquez cela à vos enfants, ce sera limpide ! Plus besoin de se fâcher : présentez simplement le sablier et les réserves de dentifrice, avec un joli choix de parfums…)

 

 

sodas

sodas

les sodas (vous êtes accro aux sodas ? Sachez que lorsqu’on a un régime alimentaire monotone, -par exemple, on mange beaucoup de sucre, on boit beaucoup de sodas-, la diversité des bactéries va s’appauvrir en faveur de celles qui aiment le sucre. Seules vont se développer les bactéries spécifiques à ce type d’aliments. Les bactéries se nourrissent de ce qu’on apporte en bouche. Autrement dit, quand le microbiote buccal commence à s’appauvrir, il y a des bactéries pathogènes qui s’installent.  N’oubliez pas non plus que les sodas acidifient énormément l’espace buccal, et pas seulement…
Le soda mondialement connu, mondialement commercialisé et présent sur (presque) n’importe quel lieu de la planète a un PH de 2- 2,5 : c’est pratiquement le PH acide de l’estomac ou du produit pour acidifier votre piscine ! Sa quantité de sucre est impressionnante également !

L’acidité de cette boisson ajoutée à son taux de sucre créent un milieu MAGNIFIQUE pour favoriser l’installation des virus, puis des bactéries pathogènes puis de tout ce qui vient après : les champignons, les protozoaires, les amibes, les parasites…)

 

 

acide

acide

la modification du PH de votre bouche (votre salive est légèrement alcaline, comme vous venez de le comprendre. Un microbiote puissant et sain est un microbiote qui est en bonne symbiose, en bonne entente avec votre PH buccal, avec vos enzymes qui sont sécrétées par les glandes salivaires, et qui constituent votre salive en bouche. Cette-salive-là, est parfaitement adaptée. Cela veut dire que si on change de PH en bouche, on favorisera l’installation des « méchants ». Un milieu acide brûle les « bonnes» bactéries : attention donc à l’acidité !)

 

 

brosse à dents

brosse à dents

 

-L’hygiène dentaire (les bactéries se nourrissent des cellules mortes de la muqueuse et  des résidus alimentaires. Les cellules mortes constituent de véritables repas pour les bactéries.Elles vivent là en mangeant les résidus alimentaires : elles prolifèrent. La question de l’hygiène dentaire est donc primordiale)

 

 

Alors, que faire ?

Suivez ces conseils d’Adela Barbu, des conseils malins, efficaces et parfois inattendus !

Conseil du jour N°1:

Mâcher de l’huile :

Vous allez tenter cette expérience inoubliable et ne pourrez plus vous en passer :

mâcher de l'huile

mâcher de l’huile

Au réveil, profitez du temps de la douche pour mâcher de l’huile d’olive !

Prenez 1 à 2 c. à c. d’huile, et mâchez cette huile durant la douche. En mâchant cette huile, vous allez stimuler les sécrétions salivaires et surtout des sécrétions de type lipases (des enzymes qui digèrent rapidement les graisses, les lipides).  Cela va stimuler aussi le pancréas et le foie qui vont comprendre qu’il y a de la graisse qui arrive. Nous sommes souvent en hyposécrétions pancréatiques et hépatiques (c’est-à-dire que nos sécrétions du pancréas et du foie sont souvent insuffisantes).

Donc on ne va pas travailler seulement au niveau de la bouche pour stimuler les sécrétions salivaires, mais aussi au niveau de toutes les sécrétions (sécrétions de l’estomac, sécrétions pancréatiques, sécrétions biliaires) et on peut aussi nettoyer les canaux de sortie de la salive.

En faisant cette mastication d’huile, vous allez constater que celle-ci va devenir blanchâtre, elle va perdre son caractère huileux parce qu’elle sera digérée par les enzymes digestives buccales, par les enzymes salivaires.

En même temps, dans cette huile-là, des bactéries vont être prises comme dans un piège parce que c’est un peu collant.

On va enlever aussi les muqueuses mortes, parfois on a même le sentiment d’un goût amer, comme de la bile.

C’est le signe qu’on a commencé à sécréter  de la bile : c’est parfait ! Cela veut dire qu’on commence à nettoyer un petit peu les canaux biliaires.

 

Ce geste ne doit surtout pas se faire après le repas, mais avant le repas : c’est une préparation à la digestion. Cette huile se crache, il ne faut surtout pas l’avaler : on va recracher les bactéries, les résidus. Il faut ensuite se laver la bouche avec soin. On peut capter de cette façon des résidus de mercure d’un amalgame dentaire qui étaient voués à arriver ailleurs dans le corps, dans le cerveau par exemple.

Ce geste d’une grande simplicité, pendant que l’on fait notre hygiène du matin, pendant la douche par exemple, peut donc être très utile !

Pour les personnes qui ont des soucis chroniques de digestion, c’est une aide très peu coûteuse et très efficace.

Il faut vraiment mâcher, si elle blanchit, c’est qu’on est allé loin dans la stimulation des glandes salivaires.

 

Conseil du jour N°2:

L’art du brossage :

l'art du brossage

l’art du brossage

La  qualité de la brosse à dent est primordiale : elle ne doit pas blesser les gencives. Elle doit être d’une douceur absolue ! Une brosse à dent dure augmente les blessures et augmente les infections : c’est du gâteau pour les bactéries qui seront là pour en profiter. Les poils naturels sont à privilégier (on en trouve en magasins bio).

Les brosses électriques, bien utilisées, peuvent convenir, mais sans creuser entre la gencive et la dent : de la gencive vers la dent et jamais l’inverse, du bas vers le haut.

1e étape : on lave d’abord la dent. Toujours du bas vers le haut.

2e étape : on rince bien la brosse, on la lave avec du dentifrice (on ne se contente pas de la rincer, car les bactéries seront toujours là).

3e étape : on lave la gencive avec une brosse très propre et du dentifrice et on masse très délicatement  avec une brosse hyper souple pour ne pas créer des micro-blessures, toujours du bas vers le haut.

4e étape : on change la brosse à dents tous les 2 mois environ. Il est également possible, pour les brosses en poils naturels, de les tremper dans de l’eau bouillante 1 fois par semaine.

 

Conseil du jour N°3:

La qualité du dentifrice :

qualité du dentifrice

qualité du dentifrice

On sait maintenant que le fluor se dépose dans le système nerveux et peut engendrer des dégâts. Par principe de précaution, il vaut mieux choisir des dentifrices sans fluor.

Les dentifrices bio restent d’une qualité supérieure aux dentifrices industriels. On trouve des dentifrices aux huiles essentielles, à l’extrait de plantes, à la propolis

Un dentifrice à base d’argile va être comme une râpe, on risque de faire des micro-blessures. A ce moment-là, utilisez une brosse très souple, passez-la très délicatement. Dans ce cas-là, on va enlever un peu le biofilm (expliqué longuement en début d’article) qui voudrait s’installer entre la gencive et la dent. Pourquoi pas donc, mais de façon ponctuelle.

Il est fondamental de bien prendre son temps pour se laver les dents, même si cela entraîne des querelles d’occupation de la salle de bain ! Il est préférable de laisser la salle de bain au suivant et sortir avec sa brosse à dent et son dentifrice pour continuer son brossage de dents.

 

Conseil du jour N°4:

 Faut-il laver la langue ?

langue

langue

Naturellement, notre langue n’est pas blanche, mais rose. Il y a plusieurs écoles concernant l’hygiène de la langue : oui il faut la laver, non il ne faut pas. Eh bien, comme toujours, la sagesse se situe entre les deux…

Lorsque la langue est blanchâtre au fond, c’est qu’il y a un problème. Les problèmes sont de manière générale infectieux. Si on racle la langue, on enlève la surface : globules blancs morts et bactéries mortes, mais l’infection progresse à l’intérieur, au contact direct avec la bonne nourriture qui est le tissu vivant de la langue.

A force de racler, on a le sentiment que ça va mieux, mais en fait, on diffuse, on dissémine l’infection.

Donc, la langue se lave de façon très ponctuelle, pas de façon quotidienne. Si vous craignez des infections, mieux vaut pratiquer des gargarismes (que nous vous présenterons plus amplement dans l’article prochain).

 

Ces précieux conseils vont, j’en suis sûre, bouleverser votre quotidien.

Vous voilà prêt à prendre de nouvelles habitudes, à chouchouter votre espace buccal et donc à gagner en longévité !

EN BREF :

Vous en savez à présent davantage sur cet espace si méconnu !

Vous avez parfaitement compris l’importance d’un microbiote et d’un parodonte parfaitement sains.

Vous avez clairement identifié les signes avant-coureurs qui sonnent l’alarme d’un déséquilibre (inflammation des gencives, sensibilité chaud-froid, fatigue, plaque dentaire, caries, dents qui bougent…)

Et vous connaissez déjà les principales causes à l’origine de ces déséquilibres ( stress, fatigue, sucre, acidité, hygiène défaillante…)

 

Dans le prochain article, vous découvrirez la fin de ce « voyage buccal » :

-quels virus peuvent se cacher en bouche avant de migrer dans n’importe quelle partie de notre corps ?

-comment mâcher réellement, puisque nous ne sommes pas des crocodiles ? (malgré leur impressionnante dentition, savez-vous qu’ils avalent sans mâcher ? Nous vous révèlerons  leur secret…)

-l’importance de la température de notre assiette !

Etc…. et de nombreux conseils concrets et efficaces pour sauver votre univers buccal magique et  vital !

 

Vous avez besoin d’un rendez-vous personnalisé ?

N’hésitez pas : contactez Adela par mail pour convenir ensemble d’un vrai moment d’écoute, de conseils, de solutions adaptées pleinement à votre cas.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer